RECUPERATION DES EAUX

 

Avec plus de 14 000 foyers en Europe équipés chaque année avec un récupérateur d’eau de pluie Rewatec, vous êtes sûrs de faire le meilleur choix pour votre installation. Les récupérateurs d’eau de pluie d’Agriline by Rewatec peuvent être vendus seuls, avec de nombreux accessoires ou encore en packs complets. Les packs sont livrés prêts à être raccordés à une descente de gouttière, à un trop-plein et à une prise électrique. L’équipement est quasiment invisible une fois installé et l’utilisation est très simple.

Les récupérateurs en PE de Rewatec possèdent de nombreux avantages par rapport à des réservoirs réalisés en d’autres matériaux. En effet, le polyéthylène est 100% recyclable, il est en Basse Densité Linéaire (BDL) et il est moulé d’un seul tenant sans joint. C’est pourquoi, il est particulièrement solide. En plus d’une étanchéité parfaite, ces récupérateurs d’eau de pluie bénéficient d’une durabilité remarquable. Ils sont garantis 15 ans. Le faible poids réduit les dépenses de transport et d’installation.

Pour une utilisation optimale, il est important de bien choisir la taille de votre futur récupérateur d’eau. Il convient de prendre en compte la quantité d’eau qui peut être récupérée par votre toit et la quantité d’eau dont vous avez besoin. Pour faire le choix le mieux adapté, prenez le temps de mettre en relation les 4 critères ci-dessous :

1. La surface de toit 

Pour une bonne alimentation, compter une surface couverte de 25 m² par habitant (usage maison).

2. L’usage prévu

Dans le cadre d’une utilisation de l’eau pour le jardin, réserver de préférence l’eau au potager et aux massifs (pas d’arrosage automatique) et calculer la surface à arroser en se référant au tableau ci-dessous.

Dans le cadre d’une utilisation pour la maison, recenser les postes où l’eau potable peut être remplacée.

3. La pluviométrie

La connaissance de la pluviométrie locale permet de mieux estimer la quantité d’eau récupérable.

 

L’eau de la cuve doit périodiquement pouvoir s’évacuer via le trop plein afin d’éliminer les matières flottant en surface.

Leur vocation est de remplacer en partie l’eau potable, bien entendu payante, du réseau par une eau de pluie bien récupérée, bien stockée et bien gérée.

L’eau de pluie collectée servira à l’extérieur pour l’arrosage, un bassin ou encore le lavage des voitures ; mais elle sera également utilisée à l’intérieur de la maison* pour l’alimentation en eau des toilettes, du lave-linge (l’eau de pluie n’est pas calcaire et n’abime pas le linge) et de multiples tâches ménagères de nettoyage. Une installation de récupération d’eau de pluie se rentabilise d’autant mieux que la grande majorité des régions françaises se situe à une moyenne pluviométrique (selon les années) largement suffisante pour remplir facilement bien des récupérateurs.

 

La création d’une installation de récupération d’eau est d’autant plus appréciable, que la tendance du prix de l’eau, qui se situe déjà en moyenne à plus de 3€ le mètre cube (source Office National de l’Eau), est à une augmentation régulière de plus de 3% par an du mètre cube.

Avec l’eau de pluie récupérée, le propriétaire de l’installation ne paye plus une eau potable destinée à un usage non alimentaire. Toilettes, lave-linge*, nettoyage domestique, arrosage, bassins, … ne nécessitent plus de dépenses d’eau potable. Il suffit d’utiliser l’eau de pluie collectée et redistribuée par l’installation de récupération, l'eau va se poser de façon de plus en plus pressante. Tout cela entraînant des arrêtés préfectoraux interdisant l’arrosage et le lavage des voitures, ou d’autres mesures visant à diminuer les consommations en périodes de stress hydrique.

 
De nouvelles pratiques telles que la récupération d’eau de pluie ou le recyclage des eaux grises permettent de lutter contre cette situation en utilisant d’autres ressources; ressources dont nous disposons tous, que ce soit via nos toitures ou via l’utilisation de nos douches ou baignoires.
 
Alors pourquoi ne pas utiliser ces ressources conséquentes et à la portée de tous?